Archive for the 'végétaux' Category

Comme sorti des brumes…

Au petit matin des gosses encapuchonnés partent à l’école
cartable sous le bras, dans le brouillard
ils voient d’étranges et inquiétants dinosaures
qui ne sont que des oliviers tortueux et dépenaillés…
Le travail de Wu Chi-Tsung me remet en mémoire Fellini Roma je crois…
Où en un flashback il fait traverser le Rubicon à des écoliers romains…
C’est dans ce film qu’il y a,
aussi,
la découverte et la disparition de fresques,
lors de travaux dans les souterrains…
Je veux le revoir.
Pour l’heure,
tu as à choisir le son que tu veux,
quelque chose avec du silence,
classique ou moderne,
peu importe,
te caler en grand écran et
regarder ces dix minutes de brouillard qui passent…
Un Oban peut-être,
ou un ABK6…
Les deux sont bons.
Chut !

2012 Landscape in the mist 001 煙林圖之一

« Son » Mojave.

incipit
Tu y retrouveras les premiers émois de la découverte de « Paris Texas » de W. Wenders ou de « la prisonnière de désert » de J. Ford ou un parfum de « Zabriskie Point » de M. Antonioni…

Jerry Frisen 280
Jerry Frisen 0
Jerry Frisen mo1_1280

Il se l’est approprié sobrement,
intitulant sa page :
« My Mojave ».
Ben oui ;
c’est péremptoire et ça fait des jaloux.
Deux plaisirs pour le prix d’un,
en somme.
Ça fait un petit temps que je suis le tumblr de Jerry Frissen
dans son exploration du Mojave, rêvant d’un jour le rejoindre pour parcourir son pays d’adoption.
Ce ne sera pas encore cette fois-ci.
Partie remise.
Depuis quatre ans,
environ,
avec la régularité d’un métronome,
chaque jour, tombe, une image de « son » désert…
Comme c’est désert,
il n’y a personne…
Ou si peu…
Même les voitures,
présentes sur les nationales,
semblent désertées de leurs passagers…
Il y a bien une image avec un môme,
un peu boudeur,
avec des lunettes colorées d’un rose-orange vif,
la pose valétudinaire du maître-nageur convalescent reprenant son taf au bord de la piscine, et se disant :
- Mince ! Ça c’est de la plage !
Soit !
Mais à part lui, rien…
.

jerry frisen

.
Un monsieur et son cheval par là.
Sinon, que de la carcasse…
De la carcasse de voiture,
de caravane,
de maison,
d’iguanodons en ciment,
de cactus,
de pompes à essence,
de rêves trop fous…
Un constat d’absence ou d’abandon de l’humain comme après une bombe.
Du minéral, du végétal, de l’aérien, voilà tout.
De plus,
qui dit désert,
dit ligne d’horizon,
horizon d’un océan sec qu’il faut placer au tiers,
au quart,
au quatre-cinquième de l’image.
Profiter du sol ou du ciel ?
Le sujet a beau être simple,
en apparence,
et pourtant.
Pas facile de composer avec tout ce « désert » habité de riens.
Photographier l’instant de toute une journée.
Faire recueil de silence.
Je te laisse découvrir… Je parle trop.

Jerry Frisen ff280
Jerry Frisen 2p80
Jerry Frisen c1_1280
Jerry Frisen qgyxcmo1_1280
Jerry Frisen 80

(Toutes les images sont de Jerry Frissen ©
J’espère qu’il aura la bonne idée d’en faire un livre, un jour).
Les archives sont .
Bonne découverte.

E’ville-Lubudi…

En 2009 j’étais passé par une partie de cette route (entre Lubumbashi et Likasi où nous avions bifurqué vers l’Est, en direction de Lukafu)… Route qui n’a pas changé d’un iota depuis lors.
Cinquante ans plus tôt, mon père (d)écrit dans un cahier de brouillon,
parmi diverses préparations de cours d’anglais,
ce (trop rare) petit mot plus personnel
qui n’a rien à voir,
au niveau du style,
avec (l’abondante) correspondance échangée entre lui et la famille en Belgique.
Si j’en crois les dates, nous sommes entre le 21 et le 24/04/1962, durant le congé de Pâques.
Pour une fois je lis dans un style moins épistolaire le regard de quelqu’un sur le pays d’adoption.
Les gens de cette génération ne se confiaient pas beaucoup…
Aucune ambition rédactionnelle de parution dans ces trois pages,
juste un événement marquant dans cette petite « expédition » de quatre jours pour rendre visite à la belle-sœur et son mari fraîchement installés à Lubudi.
Le côté sympathique aussi est,
qu’à aucun moment,
le propos n’est paternaliste ou raciste.
Tout au plus Population sympathisante et sympathique pour les coupeurs de cheveux en quatre.
Mais c’est vraiment chercher la petite bête.
Plus tard, je ferais souvent ce trajet pour les congés scolaires,
comme si la brousse et la savane avaient un autre parfum d’exotisme 320 km plus loin.
Allez ! Zou !… Aventure ! T’es en ’62.
ça commence au deuxième paragraphe.

Départ à 12h15 pour couvrir les 320 kms dont 170 d’asphalte jusqu’à Nguba. A partir de là, c’est la vieille route Katangaise avec ses aléas. Population sympathisante et sympathique.
Épreuve assez dure pour l’Ondine : à 50 km/h de moyenne, nous sommes tellement secoué que Luc remet tripes et boyaux
sur les 70 km de la fin.
Caractéristiques générales du paysage . Savane aux arbres de taille moyenne.
La route suit de longs mamelons bien boisés pour descendre de temps en tempsdans un fond marécageux. Au loin profil constant de massifs élevés qui seront abordés après Makabe Kazani…

Dis… Tu ne crois tout de même pas que je vais tout recopier ?
« CLIC » et « re-CLIC » sur les images et, par miracle,
elles s’agrandiront,
et tu pourras lire la suite.

DSC01524
DSC01527
DSC01525


E'ville-Lubudi
Je t’ai fait un petit plan du trajet, cool, non ?

DSC01528

Le caroubier à Noto. (Sicile, juillet 2013).

Caroubier
caroubier a
Caroubier 1

Noto-21.VII.2013.
07h.15′-08h.
2ème approche.
La plume reste le meilleur moyen d’aborder ce sujet.
Hésitations entre une construction pure
de la structure de l’arbre
ou se perdre dans le fouillis de l’information.
Après un début sage,
par le tronc,
bien trop petit,
le panache se construit puis quelques branches l’emportent sur le reste.
Demain j’y retourne.

Caroubier 2
Caroubier 3

Caroubier 4

Noto. 26.VII.2013.
D’abord une structure des branches hautes puis,
redescendant, le reste du tronc se met en place.
Le regard erre de « façon vigilante »(sic)
alternant entre vision d’ensemble et vision rapprochée,
parcellaire par moment.
Tantôt le feuillage,
tantôt les branches
ou le reste du chemin
avec les arbres et l’allée côté gauche.
Balayage de droite à gauche
et de haut en bas, selon,
développer le tout en même temps
gardant toutefois un point d’accrochage
pour le premier regard du spectateur.
Lui laisser un point de départ
pour qu’il vagabonde à son tour
dans l’entrelacs des traits.

Caroubier 5


caroubier a from luc lamy on Vimeo.


Parce que le petit mot à la fin le dit, j’ose retourner la dédicace.

(Les deux textes sont à la suite des dessins,
sur l’impression du matin
après une heure passée
avec cet arbre au milieu de ses frères).

Où il sera question de la traçabilité et de l’obsolescence programmée des fruits et légumes aboutissant à une ouverture aisée de la noix de coco par la ménagère lambda. (En hommage à Alphonse Allais, autre grand inventeur, trop méconnu).


Une mienne amie (Rididine, vous l’avez deviné) achète l’autre jour une noix de coco mais la pauvre reste là, avec son fruit, sans pouvoir le lait suave atteindre ni le coprah croquant manger, car elle ne peut l’ouvrir.
Comme chacun sait, il suffit de prendre une pointe ou un tournevis pour extraire au préalable le jus puis, à l’aide d’un marteau, quelques petits coups secs asséner, pour qu’en faisant tourner le fruit sur un même axe, la noix la plus récalcitrante s’ouvre à vous… Si-si !
Simple, mais, il faut une pointe et un marteau…
Et onques il n’y avait dans ce merveilleux petit bungalow de front de mer.
(Ah ! Ce merveilleux petit bungalow de front de mer !)
En séchant sur le problème,
sang et eau,
il faut bien le dire,
tel Archimède dans son bain
(« tout corps plongé dans un liquide en ressort mouillé » ou quelque chose du genre…)
j’essayais de résoudre le problème, de mon amie, en jouant pensivement avec mes nouveaux petits canards en plastique achetés le matin même.
C’est alors qu’il me vint une idée,
Je me frappai le front en hurlant :
La seiche !
Bon sang !
Mais c’est bien sûr !…
Une idée toute bête, disais-je,
(saugrenue diront certains esprits chagrins et retords)…
L’idée d’intervenir et de modifier le code génétique de la noix.
L’encre de seiche étant le moyen le plus naturel,
voire écologique,
de solutionner le dit problème.
Vous me connaissez maintenant, je me mis au travail sans tarder, non sans m’être séché, auparavant, en sortant du bain. (Archimède avait tout de Lapalisse).
En effet, il suffisait d’intervenir sur deux ou trois acides aminés, quelques bases et trois lipides en utilisant de l’encre de seiche pour marquer, quant à la typo, pour les pointillés comme pour les lettres, j’userais des merveilleuses petites perforations des échinodermes (des oursins, si vous préférez) en guise de pochoir et le tour serait joué.
Avant de m’attaquer à la noix de coco, j’intervins sur la poule.
(Rappelez-vous, j’en possédais quelques centaines par héritage familial).
La poule ne souffre pas,
je vous rassure,
que du contraire.
En même temps qu’elle picore sur un clavier elle peut désormais inscrire la date et l’heure sur son œuf, avant la ponte, signaler qu’elle est nourrie au grain de maïs ou à l’herbe, parfois les deux (les gens sont avides de ces détails de traçabilité) et pondre son œuf tranquille puis vaquer à son heureux quotidien de gallinacé.
Si l’idée, ô combien saugrenue, lui vient de couver son œuf, elle peut aussi programmer la date de naissance du poussin et même choisir son nom (en appuyant sur le côté ou en faisant un petit mouvement du croupion discret).
C’est ainsi que vous pouvez, désormais, acheter des œufs dans toutes les bonnes épiceries, dont la date de ponte et d’expiration du produit figure sur la coquille.
Pour en revenir à la noix de coco de mon amie, je décidai d’appliquer le même principe.
Il suffisait de faire en sorte qu’un pointillé et une petite paire de ciseaux apparaissent imprimés sur l’équateur de la coque pour, à l’aide d’une paire de ciseaux à ongles même ébréchés, ouvrir la noix de coco sans difficulté aucune.
Programmer sur la base du tronc du cocotier, à l’aide du petit boîtier greffé, le digicode ou tout types d’informations susceptibles de venir en aide au consommateur devient alors un jeu d’enfant.
Quant au jus ? Me direz-vous, car je vous sens passionnés… Un petit opercule s’ouvre, au travers duquel vous introduisez une paille afin d’aspirer le précieux jus (je vous en prie, pas de réflexions salaces, ceci n’est pas le lieu).
Restait à résoudre le problème du contraste, une noix de coco étant brun-foncé et en prenant de l’encre de seiche albinos, les dates de ponte (sic), de péremption, la provenance, le pointillé et les ciseaux apparaissent sur en blanc sur fond foncé… C’est plus joli, non ?
Je compte à présent m’attaquer aux noix et aux œufs d’autruche,
ne faisons pas les choses à moitié.

Noix de coco
Noix de coco II

Page suivante »