Archive for the 'carpe diem' Category

Vojtech Slama ou l’élégance du pêcheur d’images au quotidien

Le matin en même temps que mon café je fais mon jogging sur la toile
oui je sais, je ferais mieux de sortir et de faire quelques kilomètres dans la fraîcheur matinale de la campagne… Ou de poster ici plus souvent.
Mais bon !
Je vais d’un tumblr à l’autre en écoutant un podcast ou fip
La rosée,
le givre,
les brumes qui tardent à se lever après la nuit noire sont à la fenêtre
j’observe les cinquante-et-une nuances de gris de ce petit royaume du (Très Très Grand ) Nord
quand soudain au hasard d’une page
je tombe sur cette image
oui, la première
l’œil s’attarde sur ce dos,
malgré la trivialité de la pose
la familiarité
voire l’intime de la chose
le charme s’opère…
Je te laisse .couvrir
c’est le cas de le dire.
A demain ?


Catherine in The Pond, Slatina, CZ, 1998

012


040



Vojtech Slama.

Quand Charlotte est dans la forêt, Charlotte danse.

Le charme opère
les choses se mettent en place toutes seules
elles viennent sans crier gare.
En la voyant les gens disent :
Oh la belle plante !
Et pour cause, Charlotte, est un monstera deliciosa,
en ce moment
elle regarde par dessus mon épaule
comment je la dessine dans l’espace
à l’aide de fil de fer
ça l’intéresse…
Elle se dit en elle même « mon petit Calder ».
Contente d’être ma muse.
Elle trouve que je prends quelques liberté sur la ressemblance
mais se trouve jolie finalement.
Alors elle danse.
.

https://datura21.tumblr.com/post/667046247702691840/quand-charlotte-est-dans-la-for%C3%AAt-charlotte-danse

https://datura21.tumblr.com/post/667177736589197312/charlotte-la-suite-de-ses-aventures


Charlotte est ici aussi.

https://datura21.tumblr.com/post/666538769335418880/charlotte-a-son-livre-maintenant

Palingénésie co(s)mique ou si on le lui avait raconté, jamais il ne l’aurait cru.

Au départ,
rien ne le prédestinait à une telle carrière
même un acteur d’ Hollywood n’aurait pu
avec suffisamment de talent
rendre la complexité de son personnage…
Harvey Keitel éventuellement
Marlon Brando peut-être
et encore.
C’est vous dire.
Ses parents l’avaient toujours poussé vers le meilleur.
Son bac scientifique en poche
il avait entamé des études de médecine
où il aidait du mieux qu’il pouvait les autres carabins
Faut dire qu’il était intelligent e bougre
et beau jeune homme
avec un certain succès auprès des femmes
(phrase cent fois répétée
me dira-t-on
mais qu’importe ?)
Toujours est-il que lorsque cette dame succomba à ses charmes
il fit de même
grâce au mari trompé :
fort heureusement ce jaloux (*)
en le noyant
préserva fort heureusement son intégrité physique.
Pour lui commença une nouvelle vie.
Il se tourna alors
vers les médecines douces
tout naturellement
se remettre de ses émotions
puis ce fut l’acupuncture
et enfin il y eut une spécialisation au très réputé
« Institute of Tropical Medicine » à Anvers.
De son vivant il avait longtemps hésité
entre la médecine et l’Art…
A présent qu’il avait fait le tour de la première discipline
il se consacrait enfin aux Arts Plastiques
et posait dans des académies réputées
où il n’escomptait pas faire de vieux os :
il avait adopté un alias passe-partout ;
Oscar.
Il avait encore mille autres projets en tête.
Dieu soit en location(**), il ne s’ennuyait jamais.
.
sic transit gloria mundi
.
(*) « jamou » dirait une mienne amie que je salue au passage.
(**) expression que je tiens d’une autre connaissance ma dictatateuse préférée
.


Polaroid B&W SX-70 Film

On nous aurait encore menti ?


Milan Balog.
.

C’est une chose dont on ne se rend pas compte
quand on est enfant
ou adolescent
c’est qu’on ne sera pas adulte dans le monde qu’on a connu
du tout du tout

.


Don’t look back (Kaya Scodelario)

Et ça on se prépare toute notre vie à être adulte
dans le monde qu’on a connu enfant,
… On est préparé à ça
et puis quand on y arrive
– Ah non, c’est pas du tout les mêmes codes
Pas du tout, du tout.

(Cité de mémoire à partir d’une micro-interview d’Édouard Bear,
amuseur fin du XXème s.- début du XXIème s.).

Bien sûr tu n’es pas au Japon, mais presque… Ou tu peux faire semblant.


.

.

.


.

.

Page suivante »