Archive for the 'E’ville fragments' Category

Ce livre d’image dont il manquait des pages.

Certains décors lui étaient devenus étrangers
les noms de lieux,
les villes
elle cherchait les mots
reconnaissant de moins en moins de trucs ;
du coup elle avait pris les choses en main et
avait consciencieusement découpé, ce qui la gênait, dans l’ouvrage.
Ça allait beaucoup mieux
pour son moral
et le petit n’y avait vu que du feu.
Il grandirait avec des lacunes
(et pas qu’une)
grandes comme ça…
Découvrirait des pays dont il n’avait jamais imaginé qu’il fussent aussi beaux.
Il remerciait encore sa mère de lui avoir caché ça lors de ces #pyjama_brossé_les_dents_au_lit_fais_de_beaux_rêves.


Teresa Greco with her son,
Italy, Milan.1997,
Ferdinando Scianna.

Un certain Philippe Favier.

« Mais avant toute chose, je crois être un dessinateur plus qu’un peintre. J’aime le contact du crayon ou de la plume sur le papier, de la pointe sur le métal ou sur le verre, le mou du pinceau dans ce qu’il transmet de déséquilibre, de vertige, m’indispose quelquefois… » dit Philippe Favier dans une interview.
Découvert récemment par votre humble serviteur grâce à un lien d’un agent secret basé en France, je suis tombé sous le charme de ces collages comme de ceux de Joseph Cornell par le passé ou de certains photomontages surréalistes.
Ne me demandez pas si je suis jamou (sic) de son château du XVIIème s.
.





.

L’enlèvement de Chlo.

Le sx70 a parlé
avec ses contrastes doux,
son velouté cotonneux et aérien
une matière suave et gourmande
qui distribue ombre et lumière
en voiles légers…
Rien à voir avec le rendu
sans appel
du numérique
sec et âpre,
lui.
Entre l’argentique et l’autre
pour cette version remastérisée de l’enlèvement d’Europe
il n’y a pas photo
Chlo peut s’envoler tranquille
Je garde le pola.



Modèle Chloé

Ces choses qui te suivent…

incipit :
plus bas, tu trouveras un lien
c’est mieux de l’enclencher
puis de lire.
.

.
Ces choses qui te suivent
pendant ton travail
La douce berceuse
du clochard aveugle
du clochard céleste
« Le viking de la 6ème avenue »
cet hommage à peine déguisé
dédié
à Charlie Parker
aka « Bird ».
De façon pareillement incantatoire
ton crayon revient
ta gomme contredit
apporte de la lumière
elle n’efface pas
la gomme
elle module
sculpte
le crayon revient
ces deux là se parlent
douce transe
la trame se met en place
après Moondog tu te mettras le Köln Concert…
Quatre plages de 33T.
et puis s’en vont.

.

老子说,要《得道》!

.


.

Après le diagnostic
tu n’as qu’une seule envie…
Te bourrer la gueule ce soir.
Vu ce que la petite doctoresse vient de t’apprendre
le plus simplement du monde
C’est un peu comme dans « Tintin et le lotus bleu »
souviens-toi,
la fameuse citation de Lao Tseu :
.

Après,
c’est l’idée qu’on s’en fait.
Que peut-elle savoir du « Chien andalou » la petite ?
Toi, tu n’as qu’une scène en tête
récurrente…
Ce n’est pas celle avec l’âne dans le piano,
crois-moi.
La seule qu’on retient, c’est l’autre.

Juste après,
c’est une petite gêne
avec des animalcules
qui se baladent dans l’espace
mais tu sais pas où…
Des endroits et des frontières invisibles
Pire que mieux,
Très curieux …
Dans l’orbite,
le sourcil,
le front.
Un peu la même sensation que
quand ta mère mouillait son doigt
pour te retirer une tache sur la figure…
Comme après qu’elle t’ait retiré la tache
mais que tu aurais préféré le faire toi-même.
Ce sentiment,
en tout cas.

Voilà
tu reviens de la clinique
et tu as reçu ta première piqûre
dans l’œil.
Avoue !
Pour un visuel !

Page suivante »