Archive for the 'dessin' Category

Comme une petite déchirure de papier qui brûlerait.

Hier, je la postais déjà,
mais je reviens à vous avec son travail…
anna-malinaaaa
Que ce soit sur tumblr, flickr ou facebook…
( Anna Malina
ou анна малина
ou ⁂ anna malina ⁂…)
Elle est là.
Je parle d’Anna Malina.
Des liens vers un travail de photos,
collages,
films,
bidouillages sur et autour de l’image ;
dans l’analogique
le numérique,
faisant ses essais aussi bien sur papier,
que sur polaroids ou négatifs,
utilisant l’ordinateur pour la diffusion
et/ou la correction,
le repentir,
la confection de gifs animés
(qui vont au delà de la « bête animation »)
La (jeune) personne est douée.
C’est clair.
Utilisant comme médium aussi bien
du crayon
du fil de couture,
ou la déchirure,
pour (re)dessiner l’image,
ou procéder à l’auto-combustion de la photo
par le papier lui-même ;
dans une certaine mesure
elle fait penser à F. Woodman
par certains côtés
moins tourmentée toutefois
(mais je n’en sais rien)
ou à S. Calle
moins bavarde
il est vrai.
Comme elles,
on est souvent dans l’autoportrait,
entre psyché et vanité
se terminant en pirouette… Cacahuètes ?

anna-malina-1
anna-malina-10-650x931
anna-malinab0
10730483574_f4fdc1ef41_b
11178442404_cc24214caa_b

anna-malina-14
Anna Malina
ou анна малина
ou ⁂ anna malina ⁂… Elle est là.

Dans l’atelier de Mathieu W.

Puisqu’on est en novembre,
et qu’il fait triste et sombre dehors,
je te mets de la couleur.
Du talc,
du kaolin ou de la craie,
des pigments…
Un peu de gomme arabique,
de l’huile d’œillet,
ou de la gomme d’adragante…
Tu touilles un peu avec de l’eau et
la magie s’installe.
L’autre jour chez Mathieu,
je filmais et prenais des images cependant qu’il expliquait,
ô combien simplement,
la confection de ces bâtons magiques que sont les pastels.
Les poudres mélangées à sec,
d’abord,
puis travaillées à l’eau et ensuite formatées en longs rubans sur le marbre ou le miroir pour ensuite sécher pendant trois ou quatre jours avant le premier emploi.
Forcément,
lorsque tu connais ton outil et sa composition colorée,
l’accord vient naturellement…
Et les mots pour le dire…
Mais je m’égare.

Pastels secs… Atelier de Mathieu Weemaels. from luc lamy on Vimeo.

dsc_4486
dsc_4373
dsc_4374
dsc_4383
dsc_4537
dsc_4526
dsc_4428
dsc_4519
dsc_4543

Comme chez les pharaons… Tout en carton.

verso 001
Verso 011
Verso 006

… Je fus inspiré en faisant quelques recherches sur des versos de tableaux ou de dessins de peintres, l’autre jour.
je suis tombé sur Tore Rinkveld aka Evol et son site
Un carton !
Ça va faire un carton !
Me dis-je… Mais allez voir par là, plutôt :

Evol est basé à Berlin et fait de très belles choses.

carton _08_bigkrton 01b8cbebf1c95d
Krton 25d0
krton c5fa7fc6906e41fe998af93f
krton-13 09:03:55

« We all lived together in a very friendly way… »

klein-antropometries-de-lepoque-bleu-4klein-theredlist

Charmante (H)éléna.

Cette dame
absolument délicieuse
parle avec beaucoup d’empathie et d’objectivité
de son travail de pinceau vivant
pour Yves Klein.
Début ’60
je vous présente… Elena Palumba Mosca

klein Slide42


Cela dit, j’ai souvent trouvé ça surfait, Klein.

Sacré William Weightman !

Au gré de mes pérégrinations internenetiennes je suis tombé sur cette lettre rébus que je livre, sans tarder, à votre attention.

lettre rébus

Ici aussi, la traduction google est fascinante… Mais elle aide tout de même à déchiffrer certains idéogrammes.

Ma très chère Fanny,

Je t’écris ces quelques lignes pour te dire que je ne peux pas vivre plus longtemps sans toi. Je n’ai de cesse de t’adorer. Pour moi tu es une beauté, et la plus gentille fille que j’aie jamais vue et je t’adore. Oh exquise Fanny, ne me méprise pas de tant t’aimer. J’aurai le cœur brisé si tu m’abandonnes. Peux-tu me retrouver lundi soir, quand je t’emmènerai au Star Music Hall. Je hais ce Bill Robinson, qui te court toujours après et j’ai l’intention de le cravacher quand je le verrai. Je serai ravi de recevoir de tes nouvelles sans tarder. Ne laisse pas ma demande en suspens. Réponds par la poste suivante à ton tendre
William Weightman.

My Dearest Fanny,

Je vous écris ces quelques lignes pour vous dire que je ne peux pas vivre plus longtemps sans vous. Je vous adore toujours. Je pense que vous êtes une beauté et la jeune fille plus belle que j’ai jamais vu et je vous adore. Oh exquise Fanny, ne me méprise pas pour vous aimer si bien. Je serai le cœur brisé si vous m’abandonnez. Pouvez-vous me rencontrer, lundi soir, quand je vais vous prendre au Music Hall étoile. Je déteste que Bill Robinson, qui est suspendu après que vous et j’ai l’intention de lui cravacher quand je le vois. Je serai ravi de vous entendre à la fois. Ne laissez pas mon costume soit stérile. Réponse prochain post pour

votre amour

William Weightman

Page suivante »