Archive for the 'DS galerie' Category

Si taire était un Palimpseste? embarquons.


Sorte de clown un peu de travers au recto,
l’envers donne tout autre chose…
Comme dans la vie en somme…
C’est du reste une formule que j’affectionne…
Elle est de mon crû, Carmen…
Si cela vous chante, empruntez la
(vous verrez elle s’applique avec justesse à bien des situations).
Mais revenons au sujet voulez-vous.
Je m’étais amusé, à l’époque,
à taillader et creuser gaillardement
quelques livres trouvés sur des brocantes…
Vous me direz iconoclaste à l’instar de ce bon vieux capitaine…
Point, point, je m’en défend;
je ne donne que dans le gros cartonné
relié cuir, au contenu obsolète
et espère avec mes petites digressions
en renouveler le contenu et l’intérêt,
lui donner une seconde chance,
en somme,
de ne pas terminer dans un grenier ou à la casse…
Du reste qui sait?…
Parmi eux « La petite illustration », tome II de 1932 reste un bon souvenir.


J’y avais négocié au bas trois parcelles carrées distinctes
dans lesquelles s’écoulaient trois poudres minérales différentes
comme une façon de sablier,
tandis qu’au dessus, trois creux ronds recevaient des diapositives six/six trouvées dans une de ces mêmes brocantes…
(J’avais eu le lot pour pas très cher, je vous rassure:
elles étaient perdues là,
représentants probablement des jours heureux passés entre amis
et qui, depuis, ne se connaissaient plus,
sans doute,
… Il y a très longtemps,
certainement.
Souvenirs de vacances aux USA,
au bord d’un cours d’eau idyllique dont l’Amérique a le secret…
Depuis, la barque pour Cythère avait chaviré,
les amis s’étaient chamaillés,
perdus de vue
et ces photos se retrouvaient là,
sans propriétaire…
Les héritiers n’avaient pas jugé bon de garder traces
de ce vieux salace de tonton Dominique
(qui faisait des photos libidineuses de vagues et de dunes)
dans le grenier des Quincampois.
(toute ressemblance avec etc.)
Ouste ! le lot de six/six,
sur un tapis au côté du bouquin
entre deux nains de jardin et trois jouets en plastoc.

Mais revenons au livre
une fois creusé
je me suis mis en devoir de biffer le texte au gesso,
laissant çà et là quelques bribes apparaître
Ensuite de quoi…
Je fus étonné du récit qui s’imposa en résonance de ma rêverie troglodyte.
« Hou! li pot! » me dis-je en imitant un accent du fond de mes origines
(ne faisant rire que moi dans l’atelier du reste).
Assez ri.
Ce texte le voici.
* * *
Je n’ai pas froid
peut être froid?
une si belle nuit.
Il y a tellement de choses
J’aimerais creuser…
-vous en voyez cette nuit?
-Peut être…
Elle lui demanda:
-Vous regardez ma chambre?
-Oui, dit-il. Elle est très gentille

vous savez
il n’est question ni d’émotion ni d’intelligence
je ne sais pas par quoi je suis guidé.
Mais, bon sang de bon sang Brannegan, vous savez.

Jenny.- Je voudrais voir M. Hinchecliffe.
un silence.

* * *
Je n’ai pas pris les nains,
ils n’auraient rien ajouté à l’histoire.

à la boîte ça va, ça vient.


Tu te souviens de cette vidéo bien sûr:
le jeu consiste à les faire fonctionner en même temps
et à me livrer tes impressions.



Je ramasse les copies en fin de soirée.
(Le premier qui me dit qu’il n’entend pas bien et que le son est pourrave…)

Blondinette et Ciragette… Suite en peluche.


A présent que vous connaissez Blondinette et Ciragette
Comment ça, vous ne vous rappelez plus?
(mais si, souvenez vous)
, ,
,ici, elles avaient trouvé une goyave

,et là elles jouaient à la marelle.

Ou encore elles parlaient de Degas

,et là Kodak entrait dans leurs vie

,en fouillant j’ai retrouvé ça aussi (la première prend la quille et la boule, c’est à ça qu’on la reconnait)

,et puis ici, encore sur leurs drôles d’échasses clip-clop

,là (ça vous revient maintenant) elles étaient à la pêche

,et là elles pendaient du linge

et enfin là (suite aux plaintes des voisins, j’avais changé l’avatar du blog).

Vous voyez que vous vous en souvenez maintenant.
Bon! je reprend,
ne m’interrompez plus.
De Rhodésie les parents avaient ramené un ourson en peluche…
Le bébé suivrait sans doute?
Je rappelle au passage que Blondinette est la moins brune des deux.
(çà, j’en suis fier, car je contracte en une seule phrase Marcel Aymé et Alphonse Allais qui sont mes deux chéris d’humour en littérature, je fais un clin d’oeil au passage à ce vieux Desproges qui, s’il vivait encore, aurait ô combien raison de me la jalouser).
Avec tous ces apartés j’ai oublié ce que je voulais vous raconter aujourd’hui…
Peut être que ça me reviendra demain?
ou pas.

Pas de radis pour la porte.


Deux billes restent collées,
à travers les paillettes d’or
la troisième va son chemin.
(Je suis très yi king ce matin).

(livre-objet).

Peut être que…


Peut être qu’il est des êtres condamnés à ne vivre que dans la distance et la correspondance,
peut être que l’épistolaire, de son paravent de papier, entretient, à tort ou à raison, les sentiments,
peut être que le timbre et l’enveloppe oblitèrent le quotidien si mortifère
peut être que le virtuel est pire encore?
peut être que peut être…
Peut être que je sais de quoi je parle…

Page suivante »