Archive for the 'epoxy' Category

Réponse à L° et au vin blanc ou comment parler chiffons et dentelles tout en cuisinant


à un commentaire « provocateur » de la jeune Loïs je me fend de ce « droit de réponse » à propos de la défense de la « Blanquette de veau à l’ancienne »: il fait froid, il est temps de penser aux petits plats mijotés.
Le « ze » classique de la blanquette de veau à l’ancienne, voyons!
cuit sur flamme de bougie pendant deux-trois heures dans une cocotte « le creuset » (un peu de pub!) et servi avec du riz ou… des pâtes (sauce la sauce petit! sauce!)
servie avec (et à part) des petits fagots de carottes et poireaux cuits (à la vapeur du jus) en toute fin de chapitre,
Je n’ajoute pas de farine, car avec les heures de cuisson, le jus se décante en douceur et profondeur, comme les filles du bord de mer.
Si tu as oublié le blanc sec en tout début de chapitre, recommencer tu feras!
avecque le jus d’un demi citron (pas plus, sinon trop acide), une larme de croâ-aime frwaîche et un jaune d’oeuf pour lier hors du feu.
Tu auras pris soins de faire revenir les champignons (à part) avec persil et ail, et de les ajouter pas trop tôt à la viande et son jus.

Ensuite il te faudra trouver environ cinq autres z’amis (facebook t’en propose et t’y aide… mais les vrais, ceux fait à la main au long des années, sont plus fiables) pour déguster.
Entre parenthèses s’ils m’avaient demandé, à Guantanamo, les prisonniers auraient tous parlé sans exception, rien qu’à l’idée de ne pas en avoir dans leur assiette (voir Herr doktor Kilikill dans les aventures de Spirou dans « QRN sur Bletzelburg », http://spirou.spirou.com/memoires/images/18_2.jpg)
Bon! je vois que tu voudrais la recette quand même, après cette mise en bouche, alors voila ce dont nous parlons:
Pour 6 personne(s)
– 1,2 kg de tendron ou de flanchet de veau en morceaux,
– 5 à 6 carottes,(4 dans le jus).
– 2 oignons,
– 4 à 5 clous de girofle,
– Champignons de Paris, et champignons des boas (2/3-1/3)
– 1 botte de persil
– 1 à 2 pointesd’ail
– 1 poireau, (plus un en 6 petits tronçons).
– du fond de veau, ou de poule
– 1 bouillon de cube de légumes,
– 1 bouquet garni,
– 30g de beurre,
– 1 cuillère à soupe d’huile,
– 2 jaunes d’oeufs,
– 100 g de crème fraîche,
– 1/2 citron,
– 1 bouteille de blanc de blanc à égale proportion d’eau.
– une pointe de muscade
– sel et poivre.
Dans une cocotte, faire chauffer le beurre et huile, y faire revenir les morceaux de viande.
Lorsqu’ils sont dorés, les saupoudrer de farine pour les enrober, (pas obligatoire la farine)
Réserver.
Dans la même cocotte vin blanc tu chaufferas avec les légumes épluchés, l’oignon piqué de clous de girofle et le bouquet garni, le fond de veau et le bouillon cube de légumes.
La viande piaffera d’impatience de rejoindre ses petits camarades végétaux
A ébullition, flamme de bougie tu feras et laisseras cuire de 2h.à 2h. et demie.
Saler et poivrer, en cours de cuisson, pas trop tôt le sel, (au bout de 3/4 d’h. +ou -) sinon la viande ne dévoile pas son parfum, mais pas trop tard sinon elle n’aura plus de goût!
Entretemps les pâtes cuisent et les champignons revenus d’un stage de wok ,ceux des villes et des champs, auront fait la connaissance de l’ail et du persil (le sel et poivre itou), vingt minutes avant de servir dans la cocotte
Dans une terrine, délayera les jaunes d’oeufs avec la crème fraîche et le jus de citron.
mouiller avec le bouillon, puis chauffer cette sauce sans porter à ébullition.
En napper la viande et la servir
un quart d’heure avant de servir des petits fagots de jeunes carottes feras suer, de même que le poireau, dessus le bouillon couvert
Meilleur si préparé la veille, ainsi Conchita (en l’occurrence Conchiton) peut s’occuper de ses invités en n’ayant que le riz,ou les pâtes à faire, sans oublier les petits fagots de légume de dernière minute!
J’avais dit que vous apportiez une bouteille!
un rouge frais, Juliénas, Brouilly, Gamay ou Pinot noir.

( si tu fais du riz, de préférence un Basmati de la mort (qui tue) revenu à sec dans 2 c.à s. dhuile, de cardamone, cumin, étoile de Badiane, curcuma et paprika, puis mouiller avec deux tasse d’eau à petit feu à ébullition)
Les autres, j’espère que vous avez écouté aux portes.
Qu’est ce qu’on mange demain?

des mon(s)tres et prodiges ou encore travaux d’humanisme et renaissance.

Pavot royal et datura s’étaient donnés rendez-vous à l’heure dite pour un petit récapitulatif.
L’inventaire des quelques pauvres petites choses ne serait pas long.
Je n’ai jamais dessiné plus bel envol d’oiseau;
travaux d’humanisme et renaissance en quelque sorte.
Pétale déposé sur mandarin, mon père était-il samouraï?
Je décidai que le deuil avait assez duré.

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges

mon(s)tres et prodiges anim.

croc blanc; Fenimore m’en voudra peut être…

à la base c’est un livre de James Fenimore Cooper acheté pour deux francs six sous en brocante
dire ce qui m’a pris de l’occuper avec de la pêche à la ligne est une autre paire de manche…
hommage appuyé à Ernest H. bien sûr au détriment de Feni’
j’ai dérivé, c’est le cas de le dire
à l’époque, pourtant, tous deux étaient sur la table de chevet
l’un pour « le dernier des Mohicans »
l’autre pour « le vieil homme… »
plus tard on quitte le premier pour s’adonner à l’autre
inconsciemment c’est ce qui s’est passé je pense

route de Lubudi

route de Lubudi

la pluie avait transformé la route en gigantesque patinoire
le ciel le disputait à la terre pour la possession de l’horizon

livre objet

…des fois, en raclant le fond, le filet nous ramenait une pêche miraculeuse
Nous nous prenions alors pour Ernest H.

« Page précédentePage suivante »