Archive for the 'mouvement' Category

Les drôles de rêves qui donnent un beau visage.

Comme dans un songe
où tu replonges
après une longue insomnie
les baleines viennent te chercher,
elles t’accompagnent,
te racontent que les moutons,
ce sont des histoires à dormir debout.

baleine 540

à dormir debout.

baleine wu3o5_r2_540

Dormir debout.

baleine 7_r1_540

Debout

baleine 3o1_540

… Debout, ne pas dormir.

baleine 3o2_r3_540

Pas dormir…

baleine _r1_540

La région est connue pour son brouillard.
Au petit matin,
on retrouva la voiture,
au fond du ravin,
disloquée…
Les yeux fixes,
il avait comme un sourire.

La grande illusion.

DSC_4497
DSC_4799
DSC_4607
DSC_4807
DSC_4810
DSC_4664
DSC_4809


times sq un (copie) from luc lamy on Vimeo.


Reflets fluides et grisants,
mirage perpétuel des vitrines de magasins,
fondu-enchaîné des produits,
tout s’achète et tout se vend,
Ça glisse,
ça passe…
Surf.
Fata morgana chère à Pratt,
les gens traversent le cadre,
Agoraphobie ?
Non.
Là, non…
C’est fluide je te dis.
Bouillon sanguin continu
aspiration constante,
pulsation régulière
ou extrasystoles passagères
interpénétration à l’infini
comme s’ils se faisaient l’amour
zabriskie Point en plein milieu de là,
Times square,
imagine.
Des dizaines,
des centaines,
des milliers d’êtres qui se traversent,
s’assemblent,
se disjoignent,
tout en transparence,
lumière,
extase,
beauté…
Ersatz de plaisir dans le consumérisme absolu de la quarante-deuxième rue :
tu es sur Broadway !
Tu es le roi !
Revlon te le prouve : selfies !

DSC_4521


Non, tu n’es rien…
Car,
passé le reflet…
La réalité.
Mickey dévoile son vrai visage.
C’est un migrant.
DSC_4732

« We all lived together in a very friendly way… »

klein-antropometries-de-lepoque-bleu-4klein-theredlist

Charmante (H)éléna.

Cette dame
absolument délicieuse
parle avec beaucoup d’empathie et d’objectivité
de son travail de pinceau vivant
pour Yves Klein.
Début ’60
je vous présente… Elena Palumba Mosca

klein Slide42


Cela dit, j’ai souvent trouvé ça surfait, Klein.

Une faille était apparue…

volcan 3rHR5vg

L’horizon
du levé au couché
était pur.
On venait de loin
pour y admirer,
depuis la pointe,
les couleurs,
la qualité de l’air,
la puissance des vagues d’un côté,
la danse du blé et des champs de l’autre.
La roche,
friable par endroits,
s’était fendillée sans qu’on y prenne garde.
Un matin,
un pan immense s’était détaché du cap,
se fracassant dans l’océan,
Laissant le spectateur pantois.

Tu nous manques.
.
(Pour Chantal pour qui j’avais écrit déjà
Les tortues, Théodore Monod, Alain Bombard et moi.
).

.
eau pluie vague

La « Hanoï attitude ».

Le vietnamien moyen naît avec un guidon de mobylette dans les main
puis apprend à marcher.
Ce moyen de transport est une seconde nature chez lui…
Il se comporte sur le macadam comme toi sur le trottoir.
Il avance
Toujours
La marche arrière il ne connaît pas.
No rules,
pas de règles,
comme les écossais dans la pub.
Au pire
il s’arrête
et penche sa roue avant gauche
vers la droite…
Mais il ne recule pas.
Quant au trottoir,
c’est clair,
c’est le parking le plus sûr…
Si un type n’y a pas déballé son magasin.
Ça reste un spectacle permanent,
concert de klaxons en tous genre,
sonnettes ridicules et stridentes
tintamarre visant le bruit blanc.
Marrakech, Lubumbashi, Naples et même Palerme n’arrivent pas à la cheville de Hanoï.

DSC_4038

À noter qu’il y a la « Hanoï attitude » tenue par les fifilles sur leurs engins.
Les genoux rejoints contre la coque avant,
les pieds écartés et légèrement en dedans,
le dos bien droit avec une très légère cambrure des reins,
les deux mains au guidons,
bras tendus et tête bien droite,
casque, masque et grandes lunettes,
elles vont et viennent,
à toute allure,
comme Seccotine sur sa Vespa,
au bon vieux temps de Spirou et Fantasio.

seccottine


Sinon,
rien à voir,
quoique…
Les vidéos se (re)chargent (à allure modérée) sur Viméo, c’est ici que tu peux les trouver.

« Page précédentePage suivante »