Archive for the 'mouvement' Category

Chaque année, ce goût bizarre.

lire 6mn3o1_500

.

fleuro1_1280
.

Journée sans histoire
depuis le retour à Hanoï
où je déambule au gré de mon humeur…
Décidément j’aime cette ville,
son effervescence,
ce centre autour du petit lac Ho Hoan Kiem,
bref… J’aime m’y ennuyer en attendant mon départ.

Je me prépare à faire le grand saut vers le sud,
Ho Chi Minh city,
Saigon,
ville mythique entre toute,
chargée d’histoire…
On m’en a dit le plus grand mal au niveau de la petite délinquance,
des pickpockets,
du vol à la tire…
Après m’être bien habitué à Hanoï
trop peut être
Saigon ne sera peut-être pas aussi attrayante ?
Qui sait ?

C’est vrai que le premier contact est très distant,
j’arrive dans cet hôtel aux vues inexistantes…
le confort y est,
ça oui
et pourtant…
Pas de fenêtre.
Impossible d’avoir une chambre avec vue.

Ça doit être réservé aux monarques ou au rois, je suppose.

Comme à Hanoï.
Comble du comble,
à l’endroit où se trouvait la fenêtre,
l’espace du dehors
(qui donne sur la rue, grouillante de vie)
est muré par une cloison
elle même garnie d’une vue paradisiaque du pays
avec des bambous en avant-plan
des rizières en escaliers
des montagnes.
Un univers de carton pâte en chambre, j’ai l’impression de me balader en taille réelle dans la brochure touristique du hall de l’hôtel.
Je me résigne…
La première sortie se cantonne aux environs,
c’est clair qu’aujourd’hui il ne se dégage pas grand chose.

Pas de monde,
peu de passants…
Moins nombreux qu’à Hanoï, hier…
Par contre les deux-roues
autant de guêpes pétaradantes et vibrionnantes.

Je m’assigne dans ma chambre
un peu de lecture puis face à l’écran télé,
j’explore les programmes en ce jour de l’an ;
extinction des feux à 23h.30

Mort.

Je me réveille en 2014,
rien n’a bougé pendant le changement d’année ;
à six heures de décalage
je suis de loin en loin
les préparatifs en Europe, en Australie…

Le lendemain découverte de la ville,
bien plus tentaculaire que sa sœur nordiste,
plus d’effervescence.
Mais ce n’est pas de ça dont je voulais te parler…
Ce n’est pas de ça.
Nous sommes en 2018…
Comme le temps passe.
Belle année à toi,
ça fait neuf ans qu’on se connaît,
ici,
par la « magie » du virtuel,
avec ou sans réseaux dits sociaux.
A l’image du gamin
dans le premier gif,
je continue d’observer le monde
dubitatif.

anna malina
(Anna Malina©).

Comme une petite déchirure de papier qui brûlerait.

Hier, je la postais déjà,
mais je reviens à vous avec son travail…
anna-malinaaaa
Que ce soit sur tumblr, flickr ou facebook…
( Anna Malina
ou анна малина
ou ⁂ anna malina ⁂…)
Elle est là.
Je parle d’Anna Malina.
Des liens vers un travail de photos,
collages,
films,
bidouillages sur et autour de l’image ;
dans l’analogique
le numérique,
faisant ses essais aussi bien sur papier,
que sur polaroids ou négatifs,
utilisant l’ordinateur pour la diffusion
et/ou la correction,
le repentir,
la confection de gifs animés
(qui vont au delà de la « bête animation »)
La (jeune) personne est douée.
C’est clair.
Utilisant comme médium aussi bien
du crayon
du fil de couture,
ou la déchirure,
pour (re)dessiner l’image,
ou procéder à l’auto-combustion de la photo
par le papier lui-même ;
dans une certaine mesure
elle fait penser à F. Woodman
par certains côtés
moins tourmentée toutefois
(mais je n’en sais rien)
ou à S. Calle
moins bavarde
il est vrai.
Comme elles,
on est souvent dans l’autoportrait,
entre psyché et vanité
se terminant en pirouette… Cacahuètes ?

anna-malina-1
anna-malina-10-650x931
anna-malinab0
10730483574_f4fdc1ef41_b
11178442404_cc24214caa_b

anna-malina-14
Anna Malina
ou анна малина
ou ⁂ anna malina ⁂… Elle est là.

Des fois…

Des fois
c’est comme ça…
Lorsqu’au réveil,
les songes se dissipent.

aaa-songe
Anna Malina©

Son rêve.

Lui
ce qu’il voulait
c’était ne plus aller à l’usine
ne plus aller.
Aller à l’école
pour apprendre
ne plus aller à l’usine
ne plus aller.


marche
marche-a


(Deuxième gif envoyé par Bernadette que je remercie au passage).

Le moment où Zeus la vit…

Mais elle ne l’aida pas.


aaa leda

Page suivante »