Archive for the 'collage' Category

Palingénésie co(s)mique ou si on le lui avait raconté, jamais il ne l’aurait cru.

Au départ,
rien ne le prédestinait à une telle carrière
même un acteur d’ Hollywood n’aurait pu
avec suffisamment de talent
rendre la complexité de son personnage…
Harvey Keitel éventuellement
Marlon Brando peut-être
et encore.
C’est vous dire.
Ses parents l’avaient toujours poussé vers le meilleur.
Son bac scientifique en poche
il avait entamé des études de médecine
où il aidait du mieux qu’il pouvait les autres carabins
Faut dire qu’il était intelligent e bougre
et beau jeune homme
avec un certain succès auprès des femmes
(phrase cent fois répétée
me dira-t-on
mais qu’importe ?)
Toujours est-il que lorsque cette dame succomba à ses charmes
il fit de même
grâce au mari trompé :
fort heureusement ce jaloux (*)
en le noyant
préserva fort heureusement son intégrité physique.
Pour lui commença une nouvelle vie.
Il se tourna alors
vers les médecines douces
tout naturellement
se remettre de ses émotions
puis ce fut l’acupuncture
et enfin il y eut une spécialisation au très réputé
« Institute of Tropical Medicine » à Anvers.
De son vivant il avait longtemps hésité
entre la médecine et l’Art…
A présent qu’il avait fait le tour de la première discipline
il se consacrait enfin aux Arts Plastiques
et posait dans des académies réputées
où il n’escomptait pas faire de vieux os :
il avait adopté un alias passe-partout ;
Oscar.
Il avait encore mille autres projets en tête.
Dieu soit en location(**), il ne s’ennuyait jamais.
.
sic transit gloria mundi
.
(*) « jamou » dirait une mienne amie que je salue au passage.
(**) expression que je tiens d’une autre connaissance ma dictatateuse préférée
.


Polaroid B&W SX-70 Film

On nous aurait encore menti ?


Milan Balog.
.

C’est une chose dont on ne se rend pas compte
quand on est enfant
ou adolescent
c’est qu’on ne sera pas adulte dans le monde qu’on a connu
du tout du tout

.


Don’t look back (Kaya Scodelario)

Et ça on se prépare toute notre vie à être adulte
dans le monde qu’on a connu enfant,
… On est préparé à ça
et puis quand on y arrive
– Ah non, c’est pas du tout les mêmes codes
Pas du tout, du tout.

(Cité de mémoire à partir d’une micro-interview d’Édouard Bear,
amuseur fin du XXème s.- début du XXIème s.).

Ce livre d’image dont il manquait des pages.

Certains décors lui étaient devenus étrangers
les noms de lieux,
les villes
elle cherchait les mots
reconnaissant de moins en moins de trucs ;
du coup elle avait pris les choses en main et
avait consciencieusement découpé, ce qui la gênait, dans l’ouvrage.
Ça allait beaucoup mieux
pour son moral
et le petit n’y avait vu que du feu.
Il grandirait avec des lacunes
(et pas qu’une)
grandes comme ça…
Découvrirait des pays dont il n’avait jamais imaginé qu’il fussent aussi beaux.
Il remerciait encore sa mère de lui avoir caché ça lors de ces #pyjama_brossé_les_dents_au_lit_fais_de_beaux_rêves.


Teresa Greco with her son,
Italy, Milan.1997,
Ferdinando Scianna.

Les gens avaient cette retenue.

Pour qui n’avait pas de retardateur,
le cordon ombilical reliant à l’appareil,
c’était la lampe d’Aladin.
Magique !
Un peu comme ces boîtes de conserve, reliées par un fil,
avec lesquelles les gosses se téléphonaient.
Mais revenons au fil du déclencheur.
Les gens intériorisaient
un court instant
ce moment,
ce soixantième de seconde
qui sur le film celluloïd imprimerait,
que dis-je,
immortaliserait cet instant.
Le génie de la boîte était indulgent pour qui avait attendu le moment opportun,
pour appuyer du pouce sur le déclencheur,
permettant de mettre en évidence sa propre solitude
ou cette communion avec des amis.
Loin des selfies actuels,
les gens avaient encore cette retenue,
cette pudeur,
cet émerveillement
par rapport à l’inconnu,
à ce qui allait s’engranger dans la boîte…
L’attente du développement.
Ici les photos sont prises dans un studio improvisé à Birmingham
dans la fin des seventies
où qui veut participe à l’expérience
Mais lis plutôt.




Un certain Philippe Favier.

« Mais avant toute chose, je crois être un dessinateur plus qu’un peintre. J’aime le contact du crayon ou de la plume sur le papier, de la pointe sur le métal ou sur le verre, le mou du pinceau dans ce qu’il transmet de déséquilibre, de vertige, m’indispose quelquefois… » dit Philippe Favier dans une interview.
Découvert récemment par votre humble serviteur grâce à un lien d’un agent secret basé en France, je suis tombé sous le charme de ces collages comme de ceux de Joseph Cornell par le passé ou de certains photomontages surréalistes.
Ne me demandez pas si je suis jamou (sic) de son château du XVIIème s.
.





.

« Page précédentePage suivante »