Archive for the 'fusain' Category

As times goes by…


Ou d’autres aventures d’Ilunga que je cultive.
Visiblement certains d’entre vous ont une sympathie marquée pour Ilunga,
je me suis mis à la recherche de quelques billets anciens du début du blog…
Son nom est un prétexte évidemment
Donc voici un peu plus au sujet d’Ilunga :
Son vélo, son ardoise et même à la pêche en immobile ou en animé (au début de ma « folie » des gif’s ).
Sans oublier, bien sûr , sa carrière par la suite
Dans le fond, je l’aime bien,
il ne m’est pas arrivé la même aventure qu’à Chaussois…
Quoique !avec moi, allez savoir…
Ce qui est sûr, c’est qu’ils s’appellent tous « Ilunga« ,
à l’instar de Fassbinder qui les appelait tous Ali…
Il me permet de sonder différentes profondeurs de sentiments…
Putrides ou non.

Blondinette et Ciragette… Suite en peluche.


A présent que vous connaissez Blondinette et Ciragette
Comment ça, vous ne vous rappelez plus?
(mais si, souvenez vous)
, ,
,ici, elles avaient trouvé une goyave

,et là elles jouaient à la marelle.

Ou encore elles parlaient de Degas

,et là Kodak entrait dans leurs vie

,en fouillant j’ai retrouvé ça aussi (la première prend la quille et la boule, c’est à ça qu’on la reconnait)

,et puis ici, encore sur leurs drôles d’échasses clip-clop

,là (ça vous revient maintenant) elles étaient à la pêche

,et là elles pendaient du linge

et enfin là (suite aux plaintes des voisins, j’avais changé l’avatar du blog).

Vous voyez que vous vous en souvenez maintenant.
Bon! je reprend,
ne m’interrompez plus.
De Rhodésie les parents avaient ramené un ourson en peluche…
Le bébé suivrait sans doute?
Je rappelle au passage que Blondinette est la moins brune des deux.
(çà, j’en suis fier, car je contracte en une seule phrase Marcel Aymé et Alphonse Allais qui sont mes deux chéris d’humour en littérature, je fais un clin d’oeil au passage à ce vieux Desproges qui, s’il vivait encore, aurait ô combien raison de me la jalouser).
Avec tous ces apartés j’ai oublié ce que je voulais vous raconter aujourd’hui…
Peut être que ça me reviendra demain?
ou pas.

Anatole ou la leçon de peinture.


Tendre sa toile, en éprouver l’élasticité pareille à une peau de tambour et découvrir sous son pinceau le subtil dialogue des touches sur cet écran légèrement sonore lui fut une révélation.
La toile répondait et un dialogue s’installa,
sorte de code morse, subtil, entre médium et support.
L’huile glissait laissant l’empreinte des soies
(« pures soies de porc » disait Winnie l’empêtrée émerveillée du tas de sable).
La couleur pénétrait l’enduit de geso
pas du tout les mêmes sensations que lors de ce stage de peinture à l’oeuf sur bois où elle le rencontra
(à propos d’oeuf).
Agronome et bonne fourchette, il s’y prenait comme un manche avec les femmes et s’enorgueillissait haut et fort de cette propriété dans le Sud,
à la « quéquette d’Azor » comme il disait
(était-il drôle, ce Belge!…
Du moins le croyait-il),
c’était le seul homme du stage et au milieu de ces femmes il ne se sentait plus…
La séparation du blanc et du jaune,
la périlleuse opération d’incision de la membrane de l’ovule entre les doigts,
puis le broyage des pigments et le mélange avec ce liquide jaune d’or
faisait naître en lui des idées salaces.
Sa villa payée avec ses palmeraies du Cameroun anglophone
(pays qui l’avait adopté après sa fuite du Congo à l’indépendance) lui donnait un statut et un avantage imparable pour tomber ces dames…
Du moins le croyait-il.
Elle tempéra (sic) ses ardeurs maladroites,
a fresco, par un « Anatole, vous êtes frivole » dans un lapsus linguae par elle calculé, en hommage à Ferrer.
André, c’était son prénom reçu le message cinq sur cinq et entreprit Josette et Georgette aussi sec,
vantant sa piscine, son skimmer et la longueur du tuyau.
Drôle je disais.
Le modèle, lui, s’appelait Anatole…
Un garçon « sensible » qui aimait bien les propriétés avec piscine dans le Sud.
André était un homme à femme,
du moins le croyait-il encore…
Ses propres enfants n’en crurent pas leurs yeux l’été suivant.

Humour sur soie.


En rangeant ma chambre… Voila t’y pas que je retombe sur un vieux cahier!
V. était danseuse avec un délicieux accent rocailleux venu de l’Est,
une Nature généreuse l’avait pourvue d’un humour à toute épreuve,
prenant la moindre vicissitude pour une grosse blague;
sa philosophie de vie en devenait contagieuse.
J’écris ces lignes avec un sourire en coin.
(C’est madame de K. qui va être contente,
elle qui confessait hier:  » je suis nostalgique du temps où tu nous montrais par ici des dessins, collages, et autres peintures… »!
… Voila, madame est servie;O)

Ce n’est pas « l’intérieur aux aubergines » mais…


Sur un air d’Arty shaw, Harry Cot-Mungo (avocat) vit cette asperge de Capucine flageoler sur ses tiges.
« il n’est pas né celui qui de mon nombril de Vénus ou de mon abricot fendu verra la fève » lui dit-elle.
Mi-figue, mi-raisin il (Harry Cot-Mungo voyons!) dit à Rachid:
-Chou blanc! nous pâtissons de la diversité…
Chiche que je me fais l’aubergine là bas!
(réponse à Loïs qui me l’a inspiré ce matin).

Page suivante »